| |

SEGOU’ART-FORUM AFRICA 2022 AU CCK : Quand des modèles de réussite d’entreprenariats font part de leurs expériences

mardi 8 février 2022

L’entrepreneuriat consiste à créer une entreprise, mais aussi à reprendre une entreprise ou un projet déjà existant pour le développer et le faire évoluer. Un entrepreneur est un chef d’entreprise qui a les compétences et qualités nécessaires pour produire un projet économique et se lancer sur un secteur d’activité, dit-on. Pour y arriver il y a des étapes et des obstacles à surmonter. C’est dans cet esprit que des jeunes leaders entrepreneurs de plusieurs pays d’Afrique ont animé un panel dénommé : « Forum Maaya Africa 2022 », sur les modèles innovants d’entreprenariats notamment celui de l’entreprenariat Maaya de Ségou.

Cette pléiade d’entrepreneurs composés de Nabou Fall, du Sénégal ; Raoul Boucamba du Rwanda ; André Léroux de L’Afrique du Sud ; Mariam Ina, Zégué Moussa Diarra, fondateur de l’entreprise Millenuim Technologie (Mali)…. ont pendant plus de deux heures, partagé leurs expériences sur les innovations et les meilleures pratiques dans le domaine de l’entreprenariat.

De leurs interventions, il ressort que l’entrepreneuriat est une aventure souvent très enrichissante et il y a des obstacles et des peurs à surmonter pour y arriver. Ce qu’il vous faut, selon Nabou Fall, entrepreneur sénégalaise, « c’est de vous entourer de ceux qui ont déjà réussi dans leur carrière d’entrepreneur ». Avant d’ajouter : « Il faut apprendre à se faire confiance, car un entrepreneur c’est quelqu’un qui prend des décisions tout seul ».

L’entrepreneuriat ont-t-ils laissé entendre est un long chemin semé d’obstacles. « Préserver la motivation du début n’est pas facile », ont-t-ils conseillé.

Pour Zegué Moussa, « pour surmonter les obstacles, il faut faire de chaque échec un tremplin, savoir en tirer une leçon et avancer plus loin ».

« La peur de franchir le pas » pour les jeunes entrepreneurs, a été abordée. Du débat, on retient que devenir entrepreneur est un risque assumé. « La prise de conscience de ce risque peut se traduire par la mise en place d’actions concrètes », ont-t-ils affirmé.

Selon eux, l’échec fait partie intégrante du chemin de l’entrepreneur. « C’est un élément nécessaire à la réussite. On ne pourra pas être entrepreneur, si on n’accepte pas d’échouer, car celui qui n’échoue jamais ne fait rien qui vaille vraiment la peine ».

« Le risque fait partie intégrante de la vie d’un entrepreneur. Que ce soit tout au début, en croissance, on ne peut jamais y échapper. D’ailleurs, c’est ce fameux risque qui permet à certains de gagner gros », a soutenu Mariam Ina.

Pour Raoul Boucamba, le risque est le premier et plus grand obstacle à l’entrepreneuriat « L’échec fait partie intégrante de l’adversité et du succès ». En sommes « être entrepreneur, ce n’est pas forcément finir milliardaire », dira Nabou Fall.

Yaye Astan Cissé
ARC EN CIEL

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav