| |

OUVERTURE DE LA 18E EDITION SEGOU’ART : Le Premier ministre à Ségou pour soutenir le festival

mardi 8 février 2022

Le Premier ministre a présidé la cérémonie d’ouverture de la 18è édition de Segou’Art. Sur place, Choguel Maiga a rendu un hommage mérité aux Hommes de Culture en général et en particulier à la direction de Ségou’Art-Festival sur le Niger pour leur résilience.

La cérémonie d’ouverture de la 18è édition de Ségou’Art a été bien décalée d’une journée, c’est-à-dire du jeudi 3 février au vendredi 4 février 2022. Et pour cause le Premier ministre, Choguel Maiga a tenu à être présent aux côtés du directeur de la Fondation Festival sur le Niger, Mamou Daffé et le parrain de l’édition, le ministre de la Culture, Andogoly Guindo.

Vêtu d’un boubou en cotonnade, le Premier ministre devant quelques centaines de personnes, dans l’enceinte de la Fondation du festival, s’est dit comblé d’être à Ségou, pour apporter son soutien et celui du chef de l’Etat à cet important rendez-vous de la culture malienne.

Pour le PM, le secteur de la Culture, malgré qu’il soit frappé par une double crise (sécuritaire et sanitaire), continue de faire une résilience excellente. « Dans ce contexte, organiser un événement d’une telle ampleur est un challenge, une victoire. Cela ne surprend guerre, car au Mali, nous avons toujours cette force, celle de résister, une capacité de résilience qui tire en partie sa sève dans nos valeurs du Maaya et du Danbé », a fait remarquer le chef du gouvernement. Selon lui, le « Mali ne renaitra de ses centres que lorsque les Maliens retourneront aux sources, aux valeurs ancestrales comme le Maaya, le danbé ».

Il a félicité l’équipe de Segou’Art-Festival Sur le Niger pour leur professionnalisme et leur confiance. Dr Maiga l’a également félicité pour les actions culturelles menées qui entrent dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. « Dans ce combat contre le terrorisme, les Hommes de culture jouent pleinement leur rôle », a-t-il souligné. Pour lui, « l’art, la culture et le patrimoine restent les meilleurs antidotes à l’embrigadement et aux dérives idéologiques… ».

A sa suite, le maire de la Commune rurale de Ségou, Nouhoun Diarra, s’est réjoui du thème central de cette année : « Maaya et Art ». Avant d’exprimer l’accompagnement de la Mairie, l’édile communal sur la situation sécuritaire a laissé entendre qu’il est aujourd’hui opportun de « montrer à l’opinion que nous restons unis sur les remparts ».

Le coordinateur de Ségou’Art, Attaher Maiga, n’a pas manqué de rappeler que l’édition se tient dans un contexte marqué par les sanctions de la CEDEAO, « qui empêche la libre circulation des artistes ». A ses dires, « c’est dans ce contexte difficile que les artistes se tiennent debout pour dénoncer toutes formes d’injustices ». L’orateur se dit convaincu que la culture peut jouer un rôle de pacification des esprits et des cœurs. Et d’ajouter que la solution passe par elle.

M. Maiga s’est félicité de la présence d’une trentaine de pays qui ont bravés toutes les restrictions pour venir soutenir Ségou’Art/Festival Sur le Niger et célébrer la culture.

La cérémonie d’ouverture a été émaillée par de prestations d’artistes locaux suivis par une visite guidée des salles d’expositions.

Yaye Astan Cissé
(Envoyée spéciale à Ségou)
ARC EN CIEL

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav