| |

Musique : Mamani Keita sort {« Kanou } »

dimanche 19 janvier 2014

Depuis le 10 janvier 2014, l’artiste malienne installée en France, Mamani Keita, a un quatrième album, intitulé «  Kanou ». La sortie de l’album est prévue pour le 28 janvier.

Avec cet album, Mamani Keita franchit un nouveau cap. Après Electro Bamako (2002), conçu avec Marc Minelli, puis «  Yelema » (2006) et « Gagner l’argent français » (2011), réalisés avec Nicolas Repac, c’est en effet la première fois qu’elle signe un album sous son seul nom. Après les foisonnants arrangements électroniques, jazz ou rock de ses disques de collaboration, la voici qui revient comme nue et souveraine, dans une œuvre dont elle a dessiné elle-même le cadre et les lignes directrices.

C’est sous son seul nom que Mamani Keïta revient en 2014 avec l’album « Kanou  » ( Aimer). La sortie est fixée au 28 janvier sous le label World Village. Riche de onze titres chantés en bambara, le quatrième volume porté par la voix chaude et puissante de l’interprète téléporte littéralement l’auditeur dans l’univers de la musique africaine moderne, teintée d’éclats de rock et d’électro et les arrangements de Djeli Moussa Kouyaté et Marc-Antoine Moreau. La forte personnalité de Mamani Keïta fait le reste.

De ce travail d’artiste sur mesure, exécuté avec autant de précision que de fougue, cadencé par la pulsation des rythmes mandingues, il se dégage une impression de ferveur et un parfum de complicité vraie. L’étroite connivence qui unit Mamani Keita et ses musiciens montre à quel point l’artiste n’a pas renoncé aux beautés de l’échange et du partage. Elle dit que «  son indépendance d’esprit et d’action n’est pas un repli sur soi, et que c’est au contraire sous les vives couleurs de l’écoute et du sentiment qu’elle la proclame ».

Artiste majeure de la scène malienne, Mamani Keita a su s’imposer chez les amateurs de musique africaine avec les trois albums qu’elle a déjà édité en collaboration depuis 2001. L’ancienne chanteuse de l’Orchestre national du Mali et de Salif Keïta était apparue cette année là avec le surprenant Electro Bamako, réalisé avec Marc Minelli, guitariste et chanteur de la scène rock passé à la production.
Pour mémoire, c’est au début des années 80 que Mamani Keita intègre l’Orchestre de Bamako, puis l’Orchestre national du Mali. Arrivée en France dans les années 90, Mamani Keita fait ses armes sur le circuit world music en tant que choriste de Salif Keita. Ce sont ensuite des expériences avec Cheick Tidiane Seck ou Hank Jones qui établissent sa réputation.

A.S.

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav