| |

Festi’Bazin 2014 : Le cadeau le plus exporté du Mali offre une occasion de fête

jeudi 4 septembre 2014

Déjà connue comme capitale mondiale du Bazin, Bamako, la capitale malienne n’avait pas un évènement qui célébrait ce tissu qui vend le savoir faire de la femme malienne et des tailleurs maliens dans le monde. Aujourd’hui, c’est chose faite. Le vide est désormais comblé. Bamako a son festival de Bazin que ses initiateurs ont bien voulu dénommé « Festi’Bazin », dont la première édition a démarré le 4 septembre 2014, au Palais des sports de Bamako.

Du 4 au 6 septembre 2014, Bamako vibrera au rythme de la première édition du Festi’Bazin, à partir du Palais des sports en zone ACI 2000. En plus de la cérémonie d’ouverture du 4 septembre 2014, placé sous la présidence de Mme keita Aminata Maïga, l’épouse du Président de la république, les initiateurs ont concocté un programme qui prévoit des défilés de modes, le vendredi 5 septembre et un grand concert le samedi 6 septembre 2014.

Déjà, le 4 septembre 2014, lors de la cérémonie d’ouverture, le ton de la réussite de cette première édition a été donné. Et, cela augure un bel avenir pour cette manifestation. En plus de Mme N’diaye Ramatoulaye Diallo, ministre de la culture, l’événement a enregistré la participation d’au moins 5 ministres du gouvernement : Me Mohamed Bathily, ministre de la justice garde des sceaux, Mahamane baby, ministre de l’emploi et de la formation professionnelle, Moustapha Ben Barka, ministre de l’industrie et de la promotion des investissements, Mme Sangaré Oumou Bah, ministre de la femme, de l’enfant et de la famille, et Thierno Diallo, ministre du culte et des affaires religieuses.

En sa qualité de Président du Festival, Abdoulaye Benson Diakité, notre confrère qui a longtemps servi à RFI, a indiqué qu’ils ont voulu célébrer le bazin qui est l’un des leviers de la croissance socio-économique du Mali. « Facteur de création d’emploi, il reste l’une des plus grandes industries du travail à la chaîne au Mali », a-t-il indiqué. Avant d’ajouter que le bazin est fédérateur de toutes les communautés du Mali et commence à devenir une identité remarquable des ressortissants de l’Afrique de l’ouest.

Et, c’est pour tout cela que « Gagny Lah » l’un des grands opérateurs économiques maliens dans le bazin, n’a pas hésité de se proposer sur 5 ans pour sponsoriser la manifestation. Mieux, le représentant de l’entreprise présent à la cérémonie à offert 50 kits de protection aux femmes teinturières. Mme Kébé Tantou Samaké, Présidente des teinturières du Mali, après avoir sollicité les autorités maliennes pour aider les femmes qui opèrent dans le secteur de la teinture, à mieux gérer les eaux usées de leur teinturerie, a offert 30 bourses de formation, en raison de 5 jeunes par commune du District de Bamako.

Et, comme l’Agence « OVATION », initiatrice principale de l’évènement ne veut pas seulement chanter les louanges du bazin, elle a pris le courage d’aborder les problèmes de santé et d’environnement que pose les teintureries. Le Pr Yénan Sadio de l’hôpital du Mali a été mis à contribution pour une sensibilisation sur les dangers des produits utilisés par les teinturières sur leur santé et celle de leurs enfants.

« Je crois qu’on a pas besoin de faire une litanie pour la cause du bazin. Je crois qu’on n’a pas non plus besoin de dithyrambiques commentaires sur sa texture, sa beauté, son utilité. Mais je pense qu’il est indispensable de remettre le bazin dans son contexte culturel et d’en déceler l’impact économique pour notre pays », a indiqué le ministre de la culture. Avant de dire que penser que le bazin n’est pas culturellement malien, c’est penser en élite et c’est défendre la culture des gens sans culture. Le ministre de la culture est convaincu que le bazin est un noyau économique exemplaire. Selon elle, il permet de toucher aux domaines de l’import/export, du commerce, du stylisme, de la teinture et ses activités connexes et génère en définitive une rente appréciable pour tous ses acteurs. « Je me réjouis de ce partenariat entre l’agence OVATION et GAGNY LAH pour promouvoir le bazin à l’échelle internationale », a-t-elle indiqué. Les membres du gouvernement ont ensuite visité les stands d’expositions où les bamakois pourraient venir s’approvisionner en bazin le temps du festival.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav