| |

Audiovisuel : « Wôklôni Studio » forme 25 jeunes techniciens maliens

lundi 18 août 2014

Pas encore opérationnel, mais déjà très dynamique. Cette phrase caractérise aujourd’hui « Wôklôni Studio ». Soucieux de la nécessité de doter notre pays de techniciens de très haut niveau dans le domaine de l’audiovisuel, « Wôklôni Studio » vient d’assurer la formation de 25 jeunes maliens aux techniques de l’audiovisuel.

Mme N’diaye Ramatoulaye Diallo, ministre de la culture, accompagnée de Mahamadou Camara, ministre de l’économie numérique et de la communication, a présidé, le 15 août 2014, la cérémonie de sortie de formation de 25 jeunes maliens que « Wôklôni Studio » vient de former aux techniques de l’audiovisuel. Cette initiative qui marque la volonté de « Wôklôni Studio » de doter notre pays de techniciens de haut niveau dans le domaine de l’audiovisuel, a aussi enregistré la participation du Chef du service de coopération et d’action culturelle de l’ambassade de France et du représentant-résident de la Banque Ouest-africaine de Développement. Vu l’importance de cette initiative qui vise à doter notre pays d’une première vague de 25 techniciens audiovisuels de haut niveau, sur la cinquantaine attendue, deux ministres du gouvernement, ont tenu à faire le déplacement dans les studios de « Wôklôni » en chantier. « Ici aujourd’hui nous sommes dans un chantier. Demain ce serait le siège d’une des plus grandes industries culturelles de l’Afrique de l’Ouest », a indiqué Alou Ifra N’diaye promoteur de « Wôklôni Studio ». Avant d’ajouter qu’ils assistent aujourd’hui à la clôture d’une étape de la formation pratique d’une vingtaine de cadres techniques. « Demain, vous trouverez ici, une des meilleures expertises techniques en création, production et diffusion culturelles », a-t-il indiqué. Avant de dire merci à l’ambassade de France, à l’Union Européenne, à la BOAD, à la BDM et à l’Etat malien d’avoir cru au projet « Wôklôni Studio ». « Madame le Ministre, vous m’avez dit qu’il faudrait que la culture joue toute sa place dans la construction de la paix. Nous allons vous y aider. D’ores et déjà, dans le cadre de la formation de nos stagiaires, nous allons vous offrir une série de 10 petits films sur la construction de la paix », a déclaré Alou Ifra N’diaye. Mais, le promoteur de « Wôklôni Studio », a estimé qu’on ne parle pas suffisamment de « la Nyengoya », l’un des facteurs profonds de la défiance qui s’est profondément installée dans notre corps social. « Une société de paix ne peut se construire dans la défiance », a-t-il déclaré. Avant d’ajouter qu’ils vont créer et produire dans le cadre de la formation des stagiaires, une série autour du personnage de Banyengo pour promouvoir la « badenya moderne ». Selon Alou Ifra N’diaye, la « badenya moderne » voudrait qu’un vendeur de carburant, n’en veuille plus aux gens parce qu’ils n’arrivent pas à acheter de nouvelles motos, voitures, tracteurs. « Il doit être programmé pour souhaiter qu’il y ait plus de personnes propriétaires de motos, de voitures, de tracteurs….. », a-t-il indiqué. Avant d’ajouter que par la série de films, ils vont faire comprendre au public que c’est du développement de l’autre que dépend le leur. « A qui vendra le vendeur de carburant s’il y a peu de propriétaires d’engins motorisés ? », s’est-il interrogé en guise d’exemple. Très heureux de l’initiative, les membres du gouvernement ont félicité Alou Ifra N’diaye et tous ses collaborateurs et lui ont assuré leur soutien et accompagnement.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav