| |

2ème édition des journées textiles du Mali « malifiniew » : Pour la valorisation de nos produits locaux

mercredi 1er décembre 2021

Les 26 ; 27 et 28 novembre 2021, s’est déroulée au Palais de la culture Amadou Ampaté Bah, la 2ème édition des journées textiles « malifiniew ». C’était sous la présidence de Andogoly Guindo, ministre de l’Artisanat, de la Culture, du Tourisme et de l’Industrie hôtelière. Le thème de cette cette année est : « le textile, vecteur de développement, de cohésion sociale et de paix ».

Ces journées textiles du Mali « malifiniew » avaient comme programme : des conférences débats ; enregistrement de l’émission « Gwèlé-kan » de ORTM sur le textile malien ; soirée culturelle de la communauté Gina-Dogon, invité d’honneur ; animation, foire artisanale ; Bal traditionnel, vente des produits textiles d’une trentaine, rencontre professionnelle. Elles avaient comme Marraine, Nina Walette Intallou, ancienne ministre de l’Artisanat et du tourisme.

Lors de la cérémonie d’ouverture de ces journées organisées par le consortium d’associations que sont : l’Alliance des journalistes pour le développement de la culture (AJDEC), le collectif des animateurs culturels et éducatif du Mali (CACEM), Bitotex Mali Hand et Transformons le Mali, un prix spécial nommé « prix champion malifiniew » a été décerné avec honneur au Premier ministre Dr Choguel Kokala Maiga qui a porté avec fierté le célèbre boubou ‘’Saran’’ du Mali à la tribune des Nations Unies en septembre dernier. Et un autre le ‘’Gnaka’’ en octobre dernier. Ce jour, le ministre de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme a reçu ce prix au nom du Premier ministre, Dr Choguel Kokala Maiga.

Pour Cheick Oumar Sangaré, président de la commission d’organisation, cette synergie s’étend aux services techniques comme le centre de développement de l’artisanat textile (CDAT) et le Palais de la culture, avec l’implication personnelle de son directeur général. A travers le choix de ces thèmes, « nous voulons contribuer à valoriser le textile et le travail de nos artisans et aussi booster l’économie locale. Mais au-delà, il s’agit de s’impliquer d’avantage dans la résolution des tensions socio-politiques au MALI », a-t-il souligné.

L’une des innovations de cette édition, selon le président de commission d’organisation, est l’invitation de la communauté dogon comme invité d’honneur. Ce choix, dit-il, s’explique par l’attachement des dogons à leur patrimoine vestimentaire. Il ajoute que l’année prochaine, ils ambitionnent d’organiser ces journées au CERFITEX de Ségou avec une dimension sous régionale.

Moustapha Barro, représentant de l’UEMOA au Mali, a affirmé que l’organisation de ces journées textiles du Mali entre en parfaite synergie avec la vision de la commission de l’UEMOA qui travaille à la revalorisation de nos produits locaux pour le grand bonheur de nos populations.

« Le coton constitue la principale source de revenu pour lus de 15% des habitants de nos pays. Il permet également la création de nombreux emplois directs et indirects pour les jeunes », a-t-il déclaré. A cet effet, il dira que les conclusions qui sortiront des travaux de ces journées sont vivement attendues avec intérêt par la commission de l’UEMOA.

Andogoly Gouindo, ministre de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme, souligne que cet acte est un symbole identitaire qui magnifie le savoir-vivre vestimentaire de nos artisans à travers les coutumes et modes vestimentaires de nos différentes ethnies. Il a ajouté que l’artisanat textile du Mali est connu pour sa richesse, sa diversité et sa beauté.

« Le textile occupe une place importante dans le quotidien de maliens avec des motifs riches et variés qui traduisent », a-t-il rappelé. Selon lui, il faut cependant se rendre compte que tissage traditionnel est en voie de disparition. Fort du constat que notre développement passe nécessairement par la consommation locale de nos produits, les plus hautes autorités du pays ont fait de leur cheval de bataille la promotion de notre coton à travers le pagne tissé. En effet, par sa voix, le département de la culture à travers le CDAT, va tout mettre en œuvre pour que ce métier et toute sa chaîne de valeur retrouve son importance dans notre société.

Les journées textiles du Mali, constituent un espace d’échange, du donner et du recevoir pour nos artisans. Elles permettent à nos tisserands, les stylites modélistes, les couturiers d‘exposer leur savoir-faire. Pour cela, le ministre a exhorté les participants aux différentes thématiques, les exposants et les visiteurs à donner le meilleur d’eux-même pour une bonne réussite de événement.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav