| |

« King Street In Bamako » : Un projet pour défendre les idéaux de Martin Luther King

mardi 1er mars 2022

Le jeudi 24 février 2022, a eu lieu le vernissage de l’exposition ’’King Street in Bamako’’ dans l’enceinte de Bamako Art Gallery sise à Bacodjicoroni ACI et l’inauguration de l’espace Martin Luther King à Torokorobougou. Ces activités ont été clôturées par la remise des attestations aux étudiants du Conservatoire des Arts et Métiers multimédias Balla Fasséké Kouyaté et de l’institut National des Arts. Le tout a pris fin par la plantation des arbres dans l’espace Martin Luther King.

Jusqu’ici, nombreux sont ceux ou celles qui ignoraient qu’une avenue Martin Luther King se trouvait à Bamako. D’autres se demandent encore où elle se trouve... Et pourtant, cette avenue est là et elle s’étend depuis le Quartier Mali, en passant par Torokorobougou jusqu’au pont de Kalaban Koro et traverse la Commune 5 de Bamako sur 4,2 km. Cette avenue a été baptisée par les autorités maliennes en octobre 1996.

Le projet « KING STREET IN BAMAKO » est le fruit d’une rencontre unique entre l’art, la culture et la collectivité. En effet, il intègre un fort volet d’initiation à l’art contemporain des élèves des écoles situées à proximité de l’Avenue Martin Luther King, en Commune 5. Et aussi, parce qu’il fait de l’art un outil d’assainissement et d’embellissement d’une artère empruntée chaque jour par des milliers de Bamakois.

Dennis B Hankins, Ambassadeur des Etats-Unis, dira que, cette cérémonie met en lumière l’héritage d’un grand Américain, Martin Luther King. Les valeurs universelles qu’il a défendues, comme le respect des droits de l’homme, la paix et l’égalité, continuent de sonner vrai au Mali. Grâce à la collaboration communautaire, selon lui ce projet a lancé de nouvelles conversations et équipé la prochaine génération d’artistes maliens pour contribuer au développement communautaire par le service.

A partir de ce jour, selon lui les nombreuses peintures murales, sculptures en métal et places qui bordent cette rue rappelleront aux gens la vision du Dr King et les inciteront à travailler pour la mettre en œuvre pour l’avenir du Mali.

Pour Mme Kadi Sylla, présidente de l’Association Bamako Art Gallery, il s’agit d’un projet inédit de revalorisation par les arts de l’avenue Martin Luther King à Bamako, porté par l’Association Bamako Art Gallery, soutenu par l’Ambassade des États-Unis d’Amérique au Mali, et mis en œuvre en partenariat avec la Mairie du District de Bamako, la Mairie de la Commune V, le Conservatoire des Arts et Métiers multimédias Balla Fasséké Kouyaté et l’Institut National des Arts.

« Dans nos cœurs, Martin Luther King vit toujours. En tant qu’héros américain, mais aussi en tant qu’héros universel », a-t-elle déclaré. C’est pourquoi, dit-elle, ici au Mali, il doit inspirer notre jeunesse. Dans ces temps troubles, c’est parce que le message de Martin Luther King est universel, et terriblement contemporain, qu’ils ont voulu le faire revivre, à travers la réhabilitation par les arts de l’avenue qui porte son nom.

Symbole de l’amitié maliano-américaine, elle a remercié l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique et le directeur des affaires publiques pour l’appui et pour leur précieux soutien dans la revalorisation de cette avenue.

Aux dires de Mme Kadi Sylla, leurs objectifs ont été atteints à travers trois phases bien distinctes. La phase de l’atelier au cours duquel les œuvres d’art ont été conçues, puis la phase de déploiement des œuvres artistiques sur l’espace public, et enfin la troisième phase, qui consiste à faire découvrir l’avenue Martin Luther King aux élèves des écoles environnantes.

Pour Dr Mamadou Cissé, conseiller technique du ministère de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme, ce projet envoie à une exposition collective réunissant les travaux réalisés par 25 étudiants du Conservatoire des Arts et Métiers Multimédia Balla Fasséké Kouyaté et de l’Institut National des Art dans le cadre d’atelier de création animés par de grands artistes maliens.

Des fresques sur des murs, des panneaux géants ou encore sur les petits murs de béton qui séparent les deux voies de la route, selon lui mettent en exergue la solidarité du peuple américain envers leurs amis maliens dans leur quête d’unité, de stabilité, de tolérance et de paix pour tous les maliens du nord, du sud, de l’est et de l’Ouest. Outre, l’école ou les moyens de communication, l’art est un excellent vecteur de transmission qui peut jouer sa part dans la sensibilisation de notre jeunesse sur l’importance de l’engagement citoyen et sur les valeurs universelles défendues par Martin Luther KING. Il a exprimé toute la gratitude au nom de son ministère à l’Association Bamako Art Gallery et à tous les acteurs impliqués dans la mise en œuvre de ce projet. Il dira que son département ne ménagera aucun effort pour l’accompagnement constant des associations culturelles, des artistes et des jeunes créateurs.

Il faut rappeler que Martin Luther King était un grand homme. Un pasteur et militant noir américain. Son combat était celui de la lutte pour les droits civiques et l’égalité pour les africains américains, victimes de la ségrégation raciale. Dans un discours très célèbre délivré en 1963, il avait rêvé d’une Amérique fraternelle où noirs et blancs vivraient en harmonie. Cela est d’ailleurs illustré à travers la célébration aux États-Unis du mois de l’histoire des Noirs, en ce mois de février 2022.

Le vivre ensemble était le combat de sa vie, il en a payé le prix. C’est ce message qui a fait de lui un homme de paix, une icône du vivre ensemble, dont les idéaux transcendent les frontières et les âges.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav