| |

SANCTIONS DE LA CEDEAO CONTRE LE MALI : Alpha Blondy et Tiken Jah s’indignent

lundi 17 janvier 2022

La situation au Mali cristallise toutes les attentions en Afrique de l’Ouest. Ils sont nombreux les artistes et politiques qui ne sont pas d’accord avec les sanctions de la CEDEAO contre la junte militaire. Parmi ceux-ci, deux stars du reggae africain : Apha Blondy et Tiken Jah.

Roi du reggae africain, Alpha Blondy, s’est indigné face aux lourdes sanctions imposées par la Cedeao et l’Uemoa au Mali.

« Je voudrais m’indigner de la décision des sanctions qui ont été prises contre le Mali, ou les Maliens. Je voudrais m’adresser singulièrement à tous les présidents de la Cedeao ; ces sanctions que vous avez adoptées contre le Mali sont un aveu de votre impuissance », a dit Alpha Blondy, rapporté par notre confrère de Afriquinfos.

Pour lui, ajoute le journal, les Maliens n’ont pas à être victimes de « l’incapabilité » des chefs d’Etat de la région à trouver une solution aux problèmes djihadistes auquel le Mali fait face, un facteur majeur d’instabilité du pays. « Quand ils ont fait le coup d’Etat contre IBK, vous n’avez pas eu cette réaction aussi violente, aussi radicale. Vous aurez du mal à faire comprendre aux gens que ce n’est pas la France qui vous a dicté cette attitude par rapport à son problème avec le Mali et Wagner », a-t-il martelé.

« C’est très maladroit de votre part. Les Maliens n’ont pas à payer le prix de votre incapacité à gérer un problème africain, domestique », a lancé Alpha Blondy, pour qui « on ne peut pas fermer toutes les frontières » et bloquer leur compte à la Bceao, la banque centrale.

Après Alpha Blondy, son cadet, Tiken Jah « dénonce les manœuvres de la France et appelle à accompagner le Mali dans sa résistance contre l’hexagone ». Dans une interview à Espace Tv, lance : « Tout le monde doit soutenir cette résistance. Le prix à payer sera difficile parce que c’est la population qui va payer. Parce que les pays occidentaux vont s’arranger pour qu’il y ait l’insécurité et que le peuple malien se soulève contre les dirigeants ». Commentant le contentieux du Mali avec la France sur la sécurité, l’artiste affirme que le Mali est libre de « demander à la Russie de venir l’aider, à la Chine de venir l’aider et que ce n’est pas à la France de dicter, de dire au Mali ce qu’il doit faire ».

K.T.
ARC EN CIEL

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav