| |

Personnes en migration : ROA/PRODMAC se bat pour le respect de leurs droits

mardi 1er mars 2022

Pour tenter de répondre aux questions liée à la pandémie du COVID-19 sur le vécu des personnes en migration, le Réseau Ouest Africain/ Défenseur des droits des migrants, Demandeurs d’Asile et des Réfugiés (ROA/PRODMAC), compte organiser à travers ses membres une caravane de sensibilisation sur le respect des droits des personnes en migration en temps de pandémie.

Cette caravane se déroulera dans 4 pays francophone du réseau parmi les 8 pays membres que sont : le Mali, le Benin, la Guinée et le Sénégal durant trois 3 jours. Elle a démarré le 20 février 2022 pour prendre fin le 20 mars 2022, soit un mois d’activités. Pour le Mali, à travers l’Association Malienne des Expulsées (l’AME), des activités ont été organisées dans le district de Bamako durant 3 jours. Parmi ces activités, on a la conférence de presse de lancement qui s’est tenue le samedi 26 février 2022. Ensuite, la caravane de sensibilisation et les émissions radio. Pour passer les messages des migrants et la liberté de circulation.

L’objectif est de contribuer à la connaissance et au respect des droits des personnes en migration pendant cette période de pandémie du COVID-19. A cet effet, il s’agira plus spécifiquement d’améliorer la connaissance du réseau ROA-PRODMAC chez les acteurs directement et indirectement concernés par les migrations dans les 4 pays ; le respect des droits de personnes en migration en temps de pandémie est assuré par les acteurs étatiques et acteurs de la société civile. Aussi, d’organiser 12 séances de caravanes de promotion des droits des migrants en temps de pandémies dans les pays précités ; de développer du matériel de communication et de sensibilisation sur les droits des migrant ; de réaliser 12 émissions radiophoniques et 3 émissions télévisées sur les droits des migrants.

Selon Ousmane Diarra, président de l’Association Malienne des Expulsées (l’AME), il s’agit aussi de trouver la justice pour les migrants et leur liberté fondamentale qui est la liberté de circulation. Le rapport qui sera produit après ces activités ; dit-il le réseau fera en sorte que cela soit prise en compte. A travers son président, l’AME mettra à disposition des associations impliquées les moyens financiers nécessaires à la réalisation des différentes activités/pays.

Aux dire du président de l’Association Malienne des Expulsées, le réseau prévoit une grande rencontre d’information et de sensibilisation à Bamako le mois de juillet prochain si toutes les dispositions sont prises. Il a lancé un message pour le respect de la liberté de circulation des personnes et de leurs biens, le respect des droits des migrants et la justice pour les migrants.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav