| |

Techniques de suivi citoyen : Le GSB outille les organisations de OSC et les ONG

jeudi 2 décembre 2021

La Maison du Partenariat Angers-Bamako a abrité les 24 et 25 novembre 2021 un atelier de formation des organisations de la société civile et les ONG, en techniques de suivi citoyen y compris les outils sur le budget, le WASH et la nutrition. C’était une initiative du Groupe de Suivi Budgétaire (GSB) en partenariat avec Right2Grow.

Cet atelier de formation de 2 jours a regroupé 32 participants dont 18 des OSC, 7 régionaux (Kayes, Koulikoro, Sikasso), 3 des services techniques et 3 de la presse. Les exposés ont porté sur la technique de suivi citoyen, outils de collecte et d’analyse, plan de suivi et d’analyse (collecte et compilation des données et production des rapports). Ils ont été facilités par Mme MALLE Fatoumata GAREKA, formatrice et Dr Djibril Bagayogo, secrétaire général de la cellule de coordination à la nutrition. C’était en présence de Mohamed Bamoye Dia, représentant action contre la faim, de Adama Diarra, responsable Right2Grow, Mohamadou Namori Keita, secrétaire permanent du CONACILSS, point focal AGIR.

Plus spécifiquement l’atelier visait à renforcer les connaissances des participants sur les techniques de suivi citoyen ; former les participants sur les outils de collecte et d’analyse des budgets ; promouvoir la transparence dans la gestion des finances locales sur les questions Wash et Nutrition ; outiller les participants pour assurer le suivi de Wash et Nutrition dans les processus des plans de développement local et de programmation budgétaire.

Le suivi des actions/activités de Nutrition et Wash, selon Mme Mallé Fatoumata Gareka, consiste à collecter et à traiter systématiquement des informations pour suivre les progrès réalisés par rapport aux plans établis, et vérifier leur cohérence avec les normes établies. Il permet d’identifier les tendances et les schémas qui se dessinent, d’adapter les stratégies et de guider la prise de décision relatives aux Actions / activités de Nutrition et Wash. Elle a ajouté que le suivi de l’exécution des actions / activités de Nutrition et de Wash oblige le Gouvernement et les Collectivités à respecter leur engagement quant à la prise en compte dans les documents cadres mais aussi dans les budgets de l’État, des collectivités, les comptes administratifs et la Loi de règlement.

Pourquoi le suivi des actions liées à la Nutrition et au Wash ?

D’après elle, une gestion efficace et efficiente des ressources publiques est vitale pour nos pays où la pauvreté est une gangrène qui appelle une vigilance de chaque instant. Selon elle, au Mali, cette gestion est lourdement entravée par un ensemble de défaillances : la corruption, le détournement de fonds et l’usage des réserves en cas d’événements inattendus, constituent un problème profondément ancré pour lequel il n’existe pas de réponse rapide. Ensuite, les considérations politiques, le Financement inadéquat, l’utilisation des fonds hors budget, certains agents publics ont parfois tendance à confondre les fonds publics et leurs fonds personnels. Enfin, le déficit de transparence, le manque d’indépendance, le manque de capacités des organes contrôlant la gestion de l’État.

Aussi, dans le domaine de Wash, dit-elle l’accroissement des dépenses de soins de santé résulte des impacts liés à l’augmentation de la pollution exacerbée du cadre de vie des populations. A cela s’ajoute le déficit d’eau potable qui engendre la prolifération des maladies hydriques et joue sur le niveau de productivité des populations. « L’avantage du suivi citoyen de l’action publique des actions/activités peut être apprécié aussi bien sur les parties prenantes, sur les affaires publiques que sur les partenaires », a-t-elle souligné.

Parlant de l’insuffisance du suivi citoyen, elle dira que, lorsque les facteurs de réussite de la reddition de comptes ne sont pas établis et que les gouvernants et les responsables ne se prêtent pas aux obligations de rendre compte, les conséquences sont multiples et multiformes sur le développement local. Elle a cité entre autres : climat de suspicion entre autorités et collaborateurs de même qu’avec les citoyens ; climat favorable à la fraude et à la corruption ; faible qualité des prestations en matière de Nutrition et Wash ; faible taux d’investissement dans la Nutrition et Wash.

Quant aux notions techniques sur l’analyses des informations / données collectées, selon elle, le concept d’analyse se définit comme un « examen méthodique permettant de distinguer les différentes parties d’un problème et de définir leurs rapports ».

« L’analyse des données / informations relatives aux actions et activités liées de Nutrition et de Wash ne sont pas de simples analyses documentaires et financières mais sont résolument orientées vers l’analyse des politiques qui se « cachent derrière » les décisions ayant conduit à l’exécution de ces actions et ou activités », a-t-elle déclaré.

Les raisons qui motivent l’analyse des données / informations liées aux actions et activités liées de Nutrition et de Wash sont à plusieurs niveaux : une déviation des actions / activités de leurs objets initiaux ; un mauvais ciblage des dépenses sur les priorités de Nutrition et de Wash ; une faible production des résultats intermédiaires et finaux escomptés dans les domaines de la Nutrition et de Wash ; l’impact final recherché sur le développement peut se trouver amoindri ; suivi des engagements financiers (nationaux et ou internationaux).

Notons que, le Groupe de Suivi Budgétaire (GSB) créé en 2007 est une organisation crédible, reconnue comme le centre d’excellence et d’expertise de la Société Civile en matière de suivi des budgets par des analyses fiables et critiques afin de contribuer à l’amélioration de la gestion des budgets de l’Etat et des Collectivités Territoriales. Sa mission principale est de contribuer à la bonne gouvernance budgétaire publique réductrice de l’inégalité et de la pauvreté à travers le renforcement des capacités des organisations de la société civile, en collecte, traitement, analyse et plaidoyer budgétaire. Right2Grow est un partenariat à la fois tactique et opportun. Avec une stratégie globale sur cinq ans qui comprend nos approches du plaidoyer, de l’apprentissage, du développement des capacités mutuelles et de la gestion adaptative.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav