| |

Secteurs de la culture, de l’artisanat et du tourisme : Vers la mise en œuvre des recommandations pour l’émergence d’une vision concertée

mercredi 1er décembre 2021

Profiter de la Transition pour avoir un meilleur dispositif de coordination des actions en faveur du développement des secteurs de la culture, de l’artisanat et du tourisme, afin qu’ils déploient tous leurs potentiels dans la croissance socio-économique du Mali, semble être le principal souhait de l’ensemble des acteurs. Et, cela a été clairement dit le 29 novembre 2021, lors des travaux de l’atelier de restitution des recommandations des séminaires « Émergence pour une vision concertée sur les secteurs de la culture, de l’artisanat et du tourisme ».

Le Musée National du Mali a abrité le 29 novembre 2021, les travaux de l’atelier de restitution des recommandations des séminaires « Émergence pour une vision concertée sur les secteurs de la culture, de l’artisanat et du tourisme ».

Andogoly GUINDO, ministre de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie Hôtelière et du Tourisme, a présidé la cérémonie d’ouverture de cet important atelier. Il était accompagné de Edmond MOUKALA, Chef du Bureau et Représentant de l’UNESCO au Mali et de Boubacar Hama DIABY, chargé de mission à la Primature.

« Le secteur de la culture est considéré comme l’une des principales richesses du Mali », a rappelé Edmond MOUKALA. Selon lui, en plus d’un patrimoine culturel matériel et immatériel, la culture malienne s’exprime dans de très nombreux domaines : les arts du spectacle, le mode et le design, le cinéma et l’audiovisuel, les arts plastiques, la photographie, la danse, le théâtre, la musique, l’architecture, les éditions littéraires, les arts numériques, la production d’émissions télévisuelles, les festivals et les spectacles vivants, l’artisanat d’art ou de création, etc. « Toutes ces activités se construisent progressivement en filières de production, dont certaines sont l’ébauche de véritables industries culturelles, appelées à devenir des leviers dans la lutte contre la pauvreté et le développement socio-économique du pays », a-t-il déclaré.

Mais, qu’à cela ne tienne, il a estimé que de nos jours, les secteurs de la culture, de l’artisanat et du Tourisme font face à des nombreux défis. « Nous pouvons en citer entre autres la structuration du cadre d’intervention, le financement, la maîtrise du cadre réglementaire et normatif, la mutualisation des efforts et la synergie d’actions entre les acteurs de la chaîne de valeur, notamment les acteurs étatiques et les autres acteurs culturels », a-t-il indiqué. Mais, il y a ajouté les enjeux de l’innovation technologique et de la mondialisation, les effets néfastes de la crise sécuritaire, du changement climatique et de la pandémie de la COVID-19. Selon lui, tout cela affecte négativement les sites culturels et touristiques, des entreprises culturelles et des activités socioculturelles entraînant ainsi la paupérisation des communautés, des entrepreneurs et opérateurs culturels. « Et, c’est convaincue de la capacité de résilience de l’art, que l’UNESCO s’est engagée au côté du ministère en charge de la culture en partenariat avec les Organisation de la Société Civile, le Secteur privé et les Partenaires Techniques et Financiers en vue de définir un cadre de politique culturelle répondant aux besoins de l’heure », a-t-il déclaré. Avant d’ajouter que cet atelier sera l’occasion de recueillir les opinions, les attentes et les préoccupations des participants en vue de lancer les bases des états généraux sur la culture au Mali pour l’élaboration, la mise en œuvre et le suivi-évaluation des politiques culturelles nationales favorisant le dialogue entre les acteurs, la synergie d’actions et la promotion de l’économie de la culture. « Notre Organisation ne ménagera aucun effort pour accompagner le gouvernement dans ce processus », a-t-il conclu.

Pour sa part, Andogoly Guindo s’est réjouit de constater que les institutionnels, les professionnels des Secteurs de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie Hôtelière et du Tourisme, les représentants des Collectivités territoriales et des organisations de la société civile se retrouvent, pour partager et s’approprier les recommandations formulées lors de plusieurs semaines de réflexion sur les enjeux, les défis et les perspectives de la culture, de l’artisanat et du tourisme dans notre pays.

Il a a rappelé qu’entre décembre 2020 et février 2021, le Ministère de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme a organisé 17 séminaires thématiques, regroupant les acteurs des trois secteurs, à Bamako et dans les Régions de Mopti et Kayes pour faire l’état des lieux, évaluer et proposer des actions énergiques et des stratégies efficaces en vue de circonscrire les difficultés auxquelles les trois secteurs sont confrontés, de développer les trois secteurs et d’actualiser le plan d’action de la politique culturelle.

« Le présent atelier qui n’est pas un atelier de formation se veut un cadre de restitution et de partage des recommandations formulées lors de plusieurs séminaires de réflexion, organisés par mon département, sur les enjeux, les défis et les perspectives de la culture, de l’artisanat et du tourisme dans notre pays », a-t-il déclaré.

A l’issue des travaux, les participants ont formulé plusieurs recommandations parmi lesquelles la mise en place d’un comité technique de rédaction et de suivi des recommandations afin de les traduire en plan d’actions. La finalité de ce processus est l’actualisation du document cadre de politique culturelle du Mali et son plan d’actions (2013-2018).

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav