| |

Quinzaine de l’environnement, Bougouni 2022 : Les lampions se sont éteints sur la 23e édition

vendredi 24 juin 2022

« Se relever ensemble de la sécheresse ». Tel était le thème international de la 23e édition de la quinzaine de l’environnement, Bougouni 2022. La cérémonie de clôture s’est déroulée le 17 juin 2022 à Bougouni, la ville qui a abrité cette édition.

La Quinzaine de l’environnement démarrée le 5 juin 2022 à Bougouni, journée mondiale de l’environnement, sous le thème : « une seule terre », a pris fin le 17 juin 2022, journée internationale de la lutte contre la désertification.

Lors de ce moment, le diplôme d’honneur a été décerné au Général Kéba Sanagaré, l’homme de la quinzaine qui a mis le paquet au nom de la population de Bougouni. Son diplôme a été remis lors d’une cérémonie symbolique qui a été organisée par le ministre de l’environnement. En plus de cela, les autres temps forts ont été les prestations artistiques et la présentation de sketch qui ont donné à cette cérémonie de clôture toute sa grandeur à travers des messages de sensibilisation sur l’environnement.

Cheick Oumar Diakité, représentant du maire de la commune urbaine de Bougouni a souligné que les activités qui ont été menées durant ces deux semaines ont été bénéfiques pour eux, car désormais, ils seront en mesure de protéger l’environnement et de lutter contre la désertification. Il a lancé un message à tout un chacun de déprendre soins de son environnement pour le bien être de la génération future. Au nom de la population de Bougouni, il a adressé ses salutations au ministre de l’environnement et se dit très satisfait de cette 23e édition.

Modibo Koné, ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, à l’entame de son propos a salué l’engagement personnel du gouverneur de la commune de Bougouni pour son engagement à relever les défis pour la réussite de la 23e édition de la quinzaine de l’environnement, Bougouni 2022. Il a aussi salué celui de la population de Bougouni dont la mobilisation a permis de donner un éclat particulier à la cérémonie d’ouverture. Il a remercié le Président de transition et son gouvernement à travers le Premier ministre pour leur combat pour l’environnement.

Pendant deux semaines, dans toutes les régions du pays et le district de Bamako, selon lui les activités ont été exécutées avec une implication de tous et à la satisfaction générale de toutes les parties prenantes. Il a ajouté que, les conférences-débats, les émissions audiovisuelles, les visites de terrain, les activités de sensibilisation et d’information ont permis de mettre le doigt sur la réalité de l’état de notre Terre, le seul et unique habitacle du monde dont les ressources sont limitées. Elles ont aussi permis d’identifier des opportunités et initiatives pour se relever ensemble de la sècheresse, pour un mieux vivre de populations sahéliennes frappées par ce fléau.

A ses dires, les thèmes de la journée mondiale de l’environnement et de la journée internationale de lutte contre la désertification et la sécheresse ont fait donc l’objet d’une grande information à l’endroit du public et des mass-médias. Cette campagne de communication en faveur de la protection de l’environnement était d’autant plus utile que les menaces environnementales qui pèsent sur notre pays sont énormes.

Pour lui, c’est heureux de constater que la quinzaine de l’environnement est devenue un évènement vivant des actions de mise en œuvre de la politique nationale de protection de l’environnement. Selon lui son audience s’agrandit progressivement chaque année auprès des citoyens ; ses impacts sont croissants au fil des éditions.

Le ministre de l’environnement a exhorté les organisateurs à innover et à faire participer chaque année le maximum d’acteurs pour améliorer la visibilité des éditions futures.

« Nous devons retenir que le combat pour la protection de l’environnement est un travail de longue haleine qui exige l’implication et la participation effective de toutes et de tous. Nous devons donc être des éco citoyens soucieux de la sauvegarde de la planète pour notre progéniture », a-t-il conclu.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav