| |

MIGRANTS TUES AU MAROC : Le HCME demande l’ouverture d’une enquête

mardi 5 juillet 2022

Le Président du Haut conseil des Maliens de l’extérieur, Habib Sylla condamne la mort de migrants à la frontière Maroco-espagnole. Et demande l’ouverture d’une enquête internationale pour situer les responsabilités.

Au moins 23 migrants africains sont morts lors d’une tentative d’entrée vendredi 24 juin 2022 dans l’enclave espagnole de Melilla, au nord du Maroc, selon un bilan des autorités marocaines.

Les victimes ont trouvé la mort « dans des bousculades et en chutant de la clôture de fer » qui sépare l’enclave espagnole du territoire marocain, lors d’un assaut marqué par l’usage de méthodes très violentes de la part des migrants et de la police marocaine. « Plus de 500 » d’entre eux, « provenant de pays d’Afrique subsaharienne », ont ensuite forcé l’entrée du poste frontalier avec « une cisaille », a ajouté la préfecture, selon laquelle 133 sont parvenus à rentrer. La mort de dizaines d’ « innocents » a été condamnée par plusieurs pays.

Au Mali, c’est bien le Haut conseil des Maliens de l’extérieur (HCME), la principale faitière des associations des Maliens établis à l’extérieur, à travers son président, Habib Sylla, qui est monté au créneau.

Le président Sylla n’est pas passé par quatre chemins pour condamner fermement « l’opération menée par le Maroc, un pays frère ». Pour celui qui sait ce que s’est que partir à la recherche du « bonheur », « une personne humaine quelque soit l’infraction qu’il a commise ne doit aucunement subir une telle répression, qui, à ses dires, sort de l’entendement ».

Le président du HCME demande qu’une enquête soit ouverte afin de situer les responsabilités.

Si aucun Malien n’a trouvé la mort dans les atrocités, se référant sur les données de la Représentation du Conseil de base des Maliens du Maroc, Habib Sylla affirme qu’à la date du 29 juin, seul un Malien a été légèrement blessé. Toutefois, il ajoute que « l’identification continue jusqu’à ce que le HCME soit rassuré qu’il y ait zéro victime malien ».

Le Président Sylla a profité de l’occasion pour lancer un appel aux compatriotes « d’éviter cette zone ». Et de demander aux jeunes de se conformer aux règles édictées par les pays. Et de les inviter à travailler « Le bonheur ne se trouve pas seulement ailleurs, il se trouve au Mali aussi. « Nous avons un grand pays, qui dans divers secteurs on peut avoir quelques choses sans risquer sa vie. Les mêmes efforts qu’on fourni là-bas, si on le fait ici, je pense que nous pouvons réussir, ça va développer notre pays et nous allons sauver nos vie », conseille M. Sylla.

Outre le président du HCME, la section de l’Association marocaine des droits de l’homme (AMDH) à Nador a réclamé l’ouverture d’une enquête sérieuse pour déterminer les circonstances de « ce bilan très lourd » qui montre que « les politiques migratoires suivies sont mortelles avec des frontières et des barrières qui tuent ».

Amadou Sidibé

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav