| |

L’EFFECTIF DE LA MINUSMA SE REDUIT : Plus de 2200 militaires et policiers suspendent leur participation

lundi 15 août 2022

La brouille entre le Mali et la Minusma se poursuit. Après la suspension des contingents égyptiens, c’est au tour de l’Allemagne d’annoncer pour elle, après le refus du survol du territoire malien par le ministre de la Defense, Sadio Camara. Sur 12200 hommes, il va désormais manquer à l’appel 2200 de la force onusienne.

Depuis l’entrée des militaires ivoiriens sur le sol malien dans les conditions non encore élucidées, les autorités militaires du Mali ont suspendu à partir du jeudi 14 juillet toutes les rotations des contingents militaires et policiers de la Minusma, y compris celles déjà programmées ou annoncées.

Cette mesure de Bamako n’a pas été bien accueillie par la Minusma. Selon la Minusma « la relève des contingents de la Mission est d’une importance cruciale pour son efficacité opérationnelle et le moral de ses personnels en uniforme. Tout doit être fait pour son règlement urgent, d’autant que certains des personnels concernés auraient dû être relevés il y a déjà plusieurs mois ». Toutefois, elle s’est dite prête a engagé des discussions avec Bamako.

C’est pendant ce moment de suspension que jeudi 11 août 2022, l’Allemagne à travers son ministre de la Défense, Christine Lambrech, a eu un entretien téléphonique avec son homologue malien, Sadio Camara lui demandant le survol de l’espace aérien malien. La réponse du colonel Camara a été de faire savoir au ministre Lambrech de l’existence de la mesure de suspension des rotations de contingents de la Minusma. Cet entretien entre les deux chefs d’armée est intervenu après une première demande de survol. Donc pour l’Allemagne, ce rappel à l’ordre du ministre de la Défense n’est ni plus ni moins qu’un refus.

Vendredi 12 août, le pays a suspendu « jusqu’à nouvel ordre » la majeure partie de ses opérations militaires au Mali dans le cadre de la mission de l’ONU (Minusma).

« Le gouvernement malien a encore une fois refusé d’autoriser un vol prévu aujourd’hui qui devait assurer une rotation de personnel », a expliqué un porte-parole du ministère Allemand. En conséquence, « nous suspendons jusqu’à nouvel ordre nos opérations de reconnaissance et les vols de transport par hélicoptère » car « il n’est plus possible de soutenir la Minusma sur le plan opérationnel », écrit la partie germanique.

Et le porte parole en conférence de presse d’expliquer « Sans le nouveau personnel qui devait en partie remplacer les forces françaises qui se retirent, la sécurité sur place n’est plus assurée et les forces restantes doivent être dédiées à la sécurisation et ne pourront plus assurer leurs missions habituelles ». Et d’ajouter que « Le refus de survol est intervenu malgré des assurances contraires de la part du ministre malien de la Défense, Sadio Camara, lors d’un entretien téléphonique jeudi avec son homologue allemande Christine Lambrecht.

L’armée allemande est actuellement engagée au Mali à travers deux missions : 328 soldats participent à la Mission de formation de l’Union européenne au Mali (EUTM), et 1170 soldats à la Minusma.

Cette suspension de l’Allemagne intervient après celle de l’Egypte qui à partir d’aujourd’hui 15 août, dit suspendre temporairement la participation de ses soldats à la Minusma pour une durée indéterminée, ce, après plusieurs attaques meurtrières contre son contingent.

Le Caire avait « exprimé en début juillet 2022 au cours d’une réunion de l’ONU à New York, « son inquiétude face à la multiplication des attaques contre ses Casques bleus ». 7 Casques bleus égyptiens ont été tués au Mali depuis le début de l’année.

L’Égypte a un contingent de 1 035 militaires déployés au Mali sur un total de 12 261 Casques bleus.

Depuis le vote du renouvellement du dernier mandat de la Minusma par le Conseil de Sécurité, rien ne va plus entre les autorités maliennes et la Minusma. Et depuis, les autorités maliennes ont pris une posture étrange vis-à-vis des forces étrangères au Mali.

Mamadou Sidibé
ARC EN CIEL

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav