| |

COVID-19 : Le Mali fait-t-il face à une recrudescence du nombre des contaminations ?

mercredi 7 septembre 2022

De 0 à 2 cas par jours du 9 juillet 2022 au 23 août 2022, le Mali est passé à 56 cas de contaminations le 2 septembre 2022. Que s’est-t-il passé pour que la courbe des contaminations au virus de la COVID-19 décide de prendre l’ascenseur ? Est-ce parce que nous avons trop vite cru à la fin de la pandémie et avons baissé les bras dans le respect des mesures barrières ? Ou bien, est-ce parce que nous sommes victimes d’un nouveau type de virus à notre insu ? Dans, tous las les chiffres qui sortent de l’Institut national de santé publique (INSP) ne sont pas du tout rassurant et devaient invités la population à la prudence.

A l’instar de plusieurs pays du monde, sans être totalement débarrassé de la COVID-19, le Mali avait atteint un chiffre de contamination journalier des plus rassurants. Les statistiques journalières publiées par l’INSP étaient des plus rassurants. Depuis deux ou trois mois, les chiffres variaient entre 0 et 2 contaminations par jour.

Depuis le 26 avril 2022, où le Mali a enregistré 17 cas de contamination à la COVID-19, le pays n’avait plus atteint un nombre à deux chiffres. Fait de Dieu, ou une simple chance ? Depuis cette date le nombre de contaminés a tourné entre 0 et 2. Et c’est seulement le 25 août 2022 que le chiffre de 15 contaminations a été atteint. Malheureusement depuis cette date, les choses semblent s’emballer. De 15 contaminations le 25 août 2022, nous sommes à 56 contaminations, à la date du vendredi 2 septembre 2022. Et, qui sait ce que les jours suivants vont nous réservés ?
Face à une telle incertitude, il va falloir que l’administration sanitaire du pays réveille son dispositif de veille et de campagne. En effet, depuis que la pandémie a reculé sur le plan international, il faut que reconnaître que nous avons baissé les mains dans l’observation de certaines mesures simples de protection.

Le lavage des mains avec du savon, l’usage du gel alcoolisé, le port des masques et même les simples mesures de distanciation sociales, ont tous été abandonnés par un grande nombre de nos concitoyens. Or, ce dispositif devait être maintenu de façon collective et individuelle pour nous mettre à l’abri de surprises désagréables.

Etant attendu qu’il est mieux de prévenir que guérir, face à cette augmentation du nombre de contaminations, nous devons collectivement reprendre nos mesures de protection. Et, si possible voir la possibilité de nous faire administrer le vaccin.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav